L'école à distance : Un parent face à son enfant-élève

Extra classe

0:00
06:12
10
10

L'école à distance : Un parent face à son enfant-élève

Témoignage d'un parent. Face à la situation inédite de confinement, les parents se retrouvent dans la position délicate de l’apprenant. Comment peuvent-ils prendre le relais de l’enseignant sans pouvoir le remplacer ? Comment les savoirs de l’école peuvent se transmettre à la maison ? Christophe Ramirez, père de deux enfants, nous livre son expérience.

La transcription de cet épisode est disponible après les crédits.

Retrouvez-nous sur : 

Extraclasse.reseau-canope.fr 

Apple Podcasts 

Spotify 

Deezer 

Google Podcasts 

Podcast Addict 

Extra classe, des podcasts produits par Réseau Canopé. 

Interview animée en avril 2020 par : Valérie Sourdieux  

Directrice de publication : Marie-Caroline Missir 

Coordination et production : Hervé Turri, Luc Taramini, Magali Devance 

Mixage : Laurent Gaillard

Secrétariat de rédaction : Valérie Sourdieux

Contactez-nous sur : contact@reseau-canope.fr 

© Réseau Canopé, 2020

Transcription : 

VALÉRIE SOURDIEUX | Bonjour, aujourd'hui nous interviewons un parent d'une élève qui est en classe de 6e dans un collège à la frontière entre le rural et l'urbain. Plusieurs questions se posent en cette période de confinement un peu particulière et surtout sur la manière dont les parents s’organisent pour assurer la poursuite des cours. De quelle manière avez-vous réagi quand vous avez appris que tous les établissements scolaires étaient fermés et que votre fille serait confinée à la maison avec « l'obligation » de faire ses devoirs ?

CHRISTOPHE RAMIREZ | Nous avons eu deux inquiétudes à l’annonce de ce confinement. La première a été de savoir comment on allait s'organiser pour garder nos enfants puisqu'on a une grande, en 6e, et une autre en école primaire. Et la seconde inquiétude a été liée à la question du rattrapage des cours qui n'auraient pas lieu. Ces inquiétudes se sont rapidement dissipées dans la mesure où mon emploi me permet de rester à la maison assez facilement, je suis en télétravail, donc je me suis vite organisé. Et mon épouse, qui est commerçante a malheureusement été obligée de fermer son commerce. Actuellement, nous sommes présents tous les deux pour nous occuper des enfants. La seconde inquiétude a été aussi vite dissipée dans la mesure où nous avons très rapidement eu des contacts avec le collège ou l'école primaire pour notre deuxième enfant, avec la possibilité offerte par l'Éducation nationale de suivre les cours à distance.

VS | Votre inquiétude dissipée, puisque vous êtes tous les deux à domicile, ce qui est une chance pour l'organisation de la poursuite des cours j'imagine, comment concrètement se passe la répartition du suivi des cours avec votre épouse ?

CR | Plutôt bien actuellement. On a des routines bien organisées, on a des vies déjà très organisées parce qu'elles sont très remplies avec les activités sportives des enfants qui font beaucoup de compétitions. En fait nous avons déjà des process, des routines quotidiennes. Donc cela n'a pas été trop difficile pour les enfants de créer une autre routine. Elles sont aussi très autonomes. La grande, notamment au collège, peut être laissée assez libre dans son travail. On lui fait confiance et on vérifie régulièrement ses devoirs. Elle nous interpelle quand elle a besoin de faire vérifier son travail ou de surmonter des difficultés, donc à ce niveau, ça se passe plutôt bien.

VS | Vous disiez qu'elle faisait de la compétition, au niveau des activités sportives, avez-vous organisé des activités avec elle ?

CR | Oui, avant même de recevoir les propositions qui ont été faites par sa professeure d’EPS, nous sommes très sportifs à la maison. Pratiquement tous les jours on va courir, elles ont aussi quelques entraînements pour pallier le manque d'entraînement de leur sport habituel. À cela s’ajoutent maintenant les propositions de leur professeure d’EPS concernant un petit travail à la maison de 2 ou 3 fois 7 minutes.

VS | Est-ce que vous suivez un emploi du temps très strict ou adapte-t-elle son emploi du temps ?

CR | L’emploi du temps était très strict au départ, on a tendance à l’assouplir un peu aujourd’hui pour que la maison ne se transforme pas en un lieu trop strict. Sur l'organisation du travail nous laissons notre fille assez libre. On ne va pas lui imposer par exemple de faire des mathématiques de 8h à 9h et de la science physique de 9h à 10h. C'est elle qui va choisir en fonction du travail qu’elle à faire.

VS | Au niveau de la gestion de l'écran, forcément elle passe plus de temps devant son écran qu’habituellement, y faites-vous attention ? Arrive-t-elle à se discipliner toute seule ?

CR | Nous y faisons attention. Je pense qu'elle travaille environ 2h, 2h30 le matin, et 3h maximum l'après- midi sur écran. Elle n’a pas aujourd’hui de téléphone portable à elle, on l'accompagne dans la mise en place de sa première année de collège. Son téléphone en fait est bloqué sur un certain nombre de fonctionnalités et sur le temps auquel elle a le droit par jour, donc c’est 2h par jour maximum.

VS | Par rapport à ce téléphone, comment arrive-t-elle à entretenir ou à garder le lien virtuellement avec ses camarades de classe ?

CR | Elle utilise plutôt des messageries instantanées pour garder le contact, mais aussi pour partager sur ses devoirs. Quand elle a une question, qu’elle n'a pas compris quelque chose, si elle ne fait pas appel à nous, parfois elle appelle ses camarades de classe ou leur répond. Elle utilise aussi les messageries instantanées pour prendre des nouvelles de ses amis, mais elle est peu dans le contact téléphonique.

VS | Quand le confinement sera terminé, avez-vous par anticipation des inquiétudes ou des attentes particulières vis-à-vis du collège quand les cours vont reprendre et les élèves vont se retrouver à nouveau en classe ?

CR | Nous avons peu d’inquiétudes au niveau de la santé. Nous sommes assez optimistes sur le fait que la reprise va bien se dérouler. En revanche au niveau du collège, je suis inquiet sur le fait que les enfants récupèrent tous un niveau à peu près égal après cette période de travail en autonomie ou en famille et j'attends que l'école soit bien consciente qu'il y aura des disparités importantes et qu'elle en tienne compte dans les évaluations futures cette année, mais aussi l'année prochaine, parce que cela risque de se ressentir sur l'année prochaine.

VS | Nous vous remercions Christophe Ramirez pour cet entretien.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les Énergies scolaires : le quotidien d'une enseignante DYS

Extra classe

Les Énergies scolaires : l'usage de la tablette en CP à 12

Extra classe

Les Énergies scolaires : s'ouvrir au monde par le théâtre

Extra classe

The podcast Extra classe has been added to your home screen.

Témoignage d'un parent. Face à la situation inédite de confinement, les parents se retrouvent dans la position délicate de l’apprenant. Comment peuvent-ils prendre le relais de l’enseignant sans pouvoir le remplacer ? Comment les savoirs de l’école peuvent se transmettre à la maison ? Christophe Ramirez, père de deux enfants, nous livre son expérience.

La transcription de cet épisode est disponible après les crédits.

Retrouvez-nous sur : 

Extraclasse.reseau-canope.fr 

Apple Podcasts 

Spotify 

Deezer 

Google Podcasts 

Podcast Addict 

Extra classe, des podcasts produits par Réseau Canopé. 

Interview animée en avril 2020 par : Valérie Sourdieux  

Directrice de publication : Marie-Caroline Missir 

Coordination et production : Hervé Turri, Luc Taramini, Magali Devance 

Mixage : Laurent Gaillard

Secrétariat de rédaction : Valérie Sourdieux

Contactez-nous sur : contact@reseau-canope.fr 

© Réseau Canopé, 2020

Transcription : 

VALÉRIE SOURDIEUX | Bonjour, aujourd'hui nous interviewons un parent d'une élève qui est en classe de 6e dans un collège à la frontière entre le rural et l'urbain. Plusieurs questions se posent en cette période de confinement un peu particulière et surtout sur la manière dont les parents s’organisent pour assurer la poursuite des cours. De quelle manière avez-vous réagi quand vous avez appris que tous les établissements scolaires étaient fermés et que votre fille serait confinée à la maison avec « l'obligation » de faire ses devoirs ?

CHRISTOPHE RAMIREZ | Nous avons eu deux inquiétudes à l’annonce de ce confinement. La première a été de savoir comment on allait s'organiser pour garder nos enfants puisqu'on a une grande, en 6e, et une autre en école primaire. Et la seconde inquiétude a été liée à la question du rattrapage des cours qui n'auraient pas lieu. Ces inquiétudes se sont rapidement dissipées dans la mesure où mon emploi me permet de rester à la maison assez facilement, je suis en télétravail, donc je me suis vite organisé. Et mon épouse, qui est commerçante a malheureusement été obligée de fermer son commerce. Actuellement, nous sommes présents tous les deux pour nous occuper des enfants. La seconde inquiétude a été aussi vite dissipée dans la mesure où nous avons très rapidement eu des contacts avec le collège ou l'école primaire pour notre deuxième enfant, avec la possibilité offerte par l'Éducation nationale de suivre les cours à distance.

VS | Votre inquiétude dissipée, puisque vous êtes tous les deux à domicile, ce qui est une chance pour l'organisation de la poursuite des cours j'imagine, comment concrètement se passe la répartition du suivi des cours avec votre épouse ?

CR | Plutôt bien actuellement. On a des routines bien organisées, on a des vies déjà très organisées parce qu'elles sont très remplies avec les activités sportives des enfants qui font beaucoup de compétitions. En fait nous avons déjà des process, des routines quotidiennes. Donc cela n'a pas été trop difficile pour les enfants de créer une autre routine. Elles sont aussi très autonomes. La grande, notamment au collège, peut être laissée assez libre dans son travail. On lui fait confiance et on vérifie régulièrement ses devoirs. Elle nous interpelle quand elle a besoin de faire vérifier son travail ou de surmonter des difficultés, donc à ce niveau, ça se passe plutôt bien.

VS | Vous disiez qu'elle faisait de la compétition, au niveau des activités sportives, avez-vous organisé des activités avec elle ?

CR | Oui, avant même de recevoir les propositions qui ont été faites par sa professeure d’EPS, nous sommes très sportifs à la maison. Pratiquement tous les jours on va courir, elles ont aussi quelques entraînements pour pallier le manque d'entraînement de leur sport habituel. À cela s’ajoutent maintenant les propositions de leur professeure d’EPS concernant un petit travail à la maison de 2 ou 3 fois 7 minutes.

VS | Est-ce que vous suivez un emploi du temps très strict ou adapte-t-elle son emploi du temps ?

CR | L’emploi du temps était très strict au départ, on a tendance à l’assouplir un peu aujourd’hui pour que la maison ne se transforme pas en un lieu trop strict. Sur l'organisation du travail nous laissons notre fille assez libre. On ne va pas lui imposer par exemple de faire des mathématiques de 8h à 9h et de la science physique de 9h à 10h. C'est elle qui va choisir en fonction du travail qu’elle à faire.

VS | Au niveau de la gestion de l'écran, forcément elle passe plus de temps devant son écran qu’habituellement, y faites-vous attention ? Arrive-t-elle à se discipliner toute seule ?

CR | Nous y faisons attention. Je pense qu'elle travaille environ 2h, 2h30 le matin, et 3h maximum l'après- midi sur écran. Elle n’a pas aujourd’hui de téléphone portable à elle, on l'accompagne dans la mise en place de sa première année de collège. Son téléphone en fait est bloqué sur un certain nombre de fonctionnalités et sur le temps auquel elle a le droit par jour, donc c’est 2h par jour maximum.

VS | Par rapport à ce téléphone, comment arrive-t-elle à entretenir ou à garder le lien virtuellement avec ses camarades de classe ?

CR | Elle utilise plutôt des messageries instantanées pour garder le contact, mais aussi pour partager sur ses devoirs. Quand elle a une question, qu’elle n'a pas compris quelque chose, si elle ne fait pas appel à nous, parfois elle appelle ses camarades de classe ou leur répond. Elle utilise aussi les messageries instantanées pour prendre des nouvelles de ses amis, mais elle est peu dans le contact téléphonique.

VS | Quand le confinement sera terminé, avez-vous par anticipation des inquiétudes ou des attentes particulières vis-à-vis du collège quand les cours vont reprendre et les élèves vont se retrouver à nouveau en classe ?

CR | Nous avons peu d’inquiétudes au niveau de la santé. Nous sommes assez optimistes sur le fait que la reprise va bien se dérouler. En revanche au niveau du collège, je suis inquiet sur le fait que les enfants récupèrent tous un niveau à peu près égal après cette période de travail en autonomie ou en famille et j'attends que l'école soit bien consciente qu'il y aura des disparités importantes et qu'elle en tienne compte dans les évaluations futures cette année, mais aussi l'année prochaine, parce que cela risque de se ressentir sur l'année prochaine.

VS | Nous vous remercions Christophe Ramirez pour cet entretien.

Subscribe Install Share
Extra classe

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install