L'école à distance : Paroles d'élèves confinés

Extra classe

0:00
16:44
10
10

L'école à distance : Paroles d'élèves confinés

Autour de cette table ronde, trois élèves partagent avec nous leur expérience de l'école à distance. Comment vivent-ils cette situation inédite ? Comment s’organisent-ils pour poursuivre leur apprentissage ? Comment gardent-ils le lien avec l’extérieur ? Et si cette période était, pour eux, l’occasion de nous aider à transformer l’école ? Axel, Arwen et Cassandre, respectivement élèves de CM2, de 4e et de terminale nous racontent leur quotidien avec humour et lucidité.

La transcription de cet épisode est disponible après les crédits. 

Retrouvez-nous sur : 

Extraclasse.reseau-canope.fr 

Apple Podcasts 

Spotify 

Deezer 

Google Podcasts 

Podcast Addict 

Extra classe, des podcasts produits par Réseau Canopé. 

Émission animée en avril 2020 par : Claude Pereira Leconte

Directrice de publication : Marie-Caroline Missir 

Coordination et production : Hervé Turri, Luc Taramini, Magali Devance 

Mixage : Laurent Gaillard

Secrétariat de rédaction : Valérie Sourdieux

Contactez-nous sur : contact@reseau-canope.fr 

© Réseau Canopé, 2020

Transcription :

CLAUDE PEREIRA LECONTE | Ils se prénomment Asia, Noé, Kylian, Olga, Célestine, Ziane, ou Mattéo, ils sont à l'école primaire, au collège ou au lycée. Leur établissement scolaire a fermé le mardi 16 mars pour favoriser la distanciation sociale et limiter la propagation du Covid-19. Comme 12 millions d’autres, ils sont au cœur du dispositif de continuité pédagogique mis en place par le ministère de l'Éducation nationale et de l'attention des professeurs. ENT, classes virtuelles, courriels ou réseaux sociaux, chacun se mobilise pour garder le lien et les accompagner dans leurs apprentissages. Entre des cours à distance, des examens qui se profilent, du travail personnel qui demande organisation et motivation, une vie familiale inédite où il faut vivre toute la journée avec ses parents, ses frères, ses sœurs, partager l'espace, les outils de travail et les amis avec lesquels on a envie de rester en contact. Cette situation exceptionnelle demande souplesse, créativité et une bonne dose d'humour. Comment vivent-ils cette situation inédite ? Comment s'organisent-ils pour poursuivre leurs apprentissages ? Et comment gardent-ils le lien avec l'extérieur ? Et si cette période était pour eux l'occasion de nous aider à transformer l'école ? « Être élève à l'heure de la continuité pédagogique », une émission de la série de podcasts Extra classe pour garder le lien pédagogique quand on ne peut pas être ensemble. Avec nous aujourd'hui, Axel, 10 ans, en CM2, Arwen, 14 ans en 4e et Cassandre, 17 ans, en terminale. Bonjour à vous et merci d'être avec nous.

ARWEN | Bonjour !

AXEL | Bonjour !

CASSANDRE | Bonjour !

CPL | Tout d’abord je suis très heureuse de pouvoir échanger avec vous. Je vous ai rencontrés il y a quelques temps et c’était déjà un vrai plaisir de pouvoir parler avec vous. Je pense que nos auditeurs seront aussi ravis de vous entendre. Voilà déjà plusieurs jours que vos écoles et vos établissements scolaires ont été fermés. C'est du jamais vu pour vous. Mais je vous rassure, c'est aussi du jamais vu pour nous. À cela s'ajoute le confinement à la maison. Arwen, comment vis-tu cette situation ?

AR | Je la vis bien, je peux rester en contact avec mes amis donc ça va.

CPL | Et toi, Axel ?

AX | Moi, aussi je la vis bien, je n'ai pas trop de contact avec mes amis, mais je vais très bien.

CPL | Et toi, Cassandre, comment ça se passe ?

CA | Dans l'ensemble ça va très bien, je trouve. Je m'adapte plutôt facilement à la situation et je trouve que je suis beaucoup moins stressée que lorsque je suis en cours.

CPL | C'est plutôt bien que vous le viviez ainsi et j'espère que c'est le cas pour la majorité de vos camarades. Bientôt trois semaines déjà que vous suivez vos cours à distance. Comment vos enseignants font-ils pour vous faire classe, Cassandre ?

CA | Nos enseignants utilisent plusieurs plateformes différentes. Par exemple, mon professeur de philosophie, utilise Discord pour rester en communication et faire cours à distance. Discord est une plateforme initialement prévue pour ceux qui jouent à des jeux vidéo et qui permet de discuter pendant le jeu. Beaucoup de professeurs utilise aussi Google Classroom, qui a été mise en place par Google. Pour l'instant, aucun professeur ne travaille sur la plateforme du CNED ni celle mise en place par l'Éducation nationale, mais ça se passe bien. On utilise beaucoup la plateforme de l'ENT pour communiquer, s'envoyer des messages. La prof d'anglais, elle, utilise Instagram pour nous donner les devoirs, nous rappeler les échéances, faire des story, etc.

CPL | Dans ton établissement, les professeurs sont très organisés et maîtrisent un certain nombre d'outils. Mais dans les autres classes, comment travaillent-ils ? Arwen, comment les professeurs s'organisent pour envoyer le travail à faire ?

AR | Nos professeurs passent par l'ENT. Ils mettent tous les devoirs à faire et parfois, ils prévoient des classes virtuelles.

CPL | Les classes virtuelles se passent aussi sur l'ENT ?

AR | Non, sur la plateforme du CNED.

CPL | Et toi, Axel, comment reçois-tu le travail de ton maître ou de ta maîtresse ?

AX | Moi je le reçois par messagerie. On fait le travail sur l'ordinateur ou sur une feuille qu'on doit scanner et lui envoyer.

CPL | As-tu eu l'occasion Axel d'avoir des contacts directs avec ton enseignante, des visioconférences ou t'a-t-elle appelé ou envoyé un message personnel ?

AX | Non pas personnel, mais pour les corrections, oui !

CPL | Justement à propos des moyens de correction, tu nous dis que tu renvoies ton travail par courriel. Cassandre, comment renvoies-tu ton travail ?

CA | On utilise l'ENT, quand il est accessible, et non surchargé, même si grâce à Drive ou Google Classroom, on peut aussi envoyer les travaux.

CPL | Et toi Arwen ?

AR | Par l'ENT aussi, on prend une photo et on l’envoie au professeur.

CPL | Par rapport au travail à faire, avez-vous un plan de travail ou vous organisez-vous tout seul pour faire votre travail à votre rythme, Arwen ?

AR | On n'a pas de planning particulier. Moi, je fais dans l'ordre que je veux.

CPL | Peux-tu nous expliquer comment tu t’organises ?

AR | On a des devoirs à faire chaque jour. J'en fais le matin, l'après-midi mais dans l'ordre que je veux et à mon rythme.

CPL | Et toi, Axel ? T'organises-tu aussi comme tu le souhaites ou tes parents t'aident-ils pour t'organiser ? Ou l'enseignant t'indique-t-il comment tu dois faire ton travail, dans quel ordre ?

AX | Non. Moi je fais comme je veux aussi.

CPL | Tes parents t'aident-ils à organiser ton travail ?

AX | Non pas vraiment.

CPL | Tu es autonome, c'est bien ! Et toi, Cassandre, comment t'organises-tu ? As-tu un plan de travail ? Tu dois aussi réviser le baccalauréat. Comment t'es-tu organisée pour faire ton travail, préparer tes révisions ?

CA | On n'a pas de planning de travail établi par les professeurs, comme Axel et Arwen. On s'organise un peu tout seul. Moi j'ai commencé à me faire un emploi du temps ce matin. Sinon pour les devoirs à rendre, j'essaie de les faire avant les échéances données. En général j'y arrive plutôt bien. Pour le bac je révise pour l'instant avec les annales du bac et j'essaye de me faire des fiches de révisions.

CPL | Tu nous disais tout à l'heure Cassandre, que tu ne pouvais pas toujours déposer des cours sur l'ENT à cause de l’encombrement. Rencontres-tu d'autres difficultés pour faire ton travail ?

CA | Là où j’habite, j'ai des problèmes de connexion. Certains jours je ne peux pas entendre les cours quand je suis en visioconférence, c'est assez compliqué, mais on s'adapte plutôt bien.

CPL | Et toi, Axel, as-tu des difficultés pour faire ton travail comme partager le matériel peut-être avec les autres membres de ta famille ?

AX | Pour la connexion, je n'ai pas de de problème. Mais pour les ordinateurs, c'est compliqué de les partager.

CPL | Avec qui dois-tu le partager l'ordinateur par exemple ?

AX | Ma grande sœur !

CPL | Et toi, Arwen rencontres-tu certaines difficultés ou pas ?

AR | Non, moi je ne rencontre pas de difficultés. J'ai mon ordinateur, tout se passe bien !

CPL | Au niveau des interactions avec les enseignants, le fait de ne pas avoir leurs retours vous pose-t-il certaines difficultés ? En classe, vous avez des problèmes, il vient vous aider ou vous motiver pour travailler. N’est-ce pas un peu compliqué, seule à la maison, Arwen ?

AR | Non, moi ça ne me pose pas de problème parce que je suis assez autonome. Sinon quand j'ai des problèmes par rapport à un exercice, je regarde sur internet pour m'aider.

CPL | Et toi, Cassandre, est-ce aussi simple de t'organiser sans cette interaction avec les enseignants ?

CA | Pour moi, ce n’est pas tellement l'organisation qui pêche mais plutôt les explications et l'encadrement du travail. Avoir un professeur en face de nous, nous apporte le contact physique et visuel. Quand on a des problématiques, qu'on n'a pas forcément bien compris une théorie on peut plus facilement demander. L'interaction en classe est aussi importante, on peut partager avec nos camarades et ça nous apporte un certain cadre au niveau du travail pour pouvoir plus facilement se motiver et garder le rythme.

CPL | Au-delà de certaines difficultés, y-a-t-il des points positifs à cette situation ? Axel, y a-t-il des aspects que tu trouves agréables dans cette situation de classe à la maison ?

AX | Oui, parce que la maîtresse, elle ne peut pas se fâcher ou nous punir. Avec l’ordinateur, on est à distance. Mais les explications de la maîtresse me manquent, elle explique bien la maîtresse.

CPL | La dernière fois, tu me parlais de pouvoir faire ton travail comme tu le souhaitais Arwen, tu m'avais dit apprécier beaucoup, toi aussi, cette autonomie !

AR | Oui, ça me permet de travailler à mon rythme, d'être plus libre dans mon travail.

CPL | Peux-tu nous expliquer comment cela te rend plus libre dans ton travail ?

AR | Justement, je suis mon rythme. Il n'y a pas vraiment de règles à respecter. Je travaille dans l’ordre que je veux et comme je veux.

CPL | Peux-tu nous donner un exemple ? Qu’aimes-tu faire ? Par rapport à ton travail de la journée, par quelle matière préfères-tu commencer ?

AR | Je préfère commencer par l'art plastique ou les langues.

CPL | Tu préfères les matières plus créatives finalement que les mathématiques ou le français ?

AR | Oui !

CPL | Cette situation ne change-t-elle pas vos rapports avec vos professeurs et aussi entre les autres élèves ? Cassandre, cette nouvelle façon de faire classe ne crée-t-elle pas de nouvelles formes d'interaction ?

CA | Non. Je trouve que ça nous rapproche de notre professeur principal notamment et pour revenir à mon prof de philosophie, comme on utilise un serveur Discord spécialement pour la classe on interagit davantage avec lui et c'est plus sympathique. Par rapport à notre classe, comme je suis dans une classe de terminale littéraire l’effectif est réduit et on a l'habitude d'avoir une bonne cohésion, une bonne énergie de groupe et avec cette situation elle s'est davantage renforcée. C'est vraiment agréable d’être en contact toute la journée, de rester en contact tout le temps. On s'organise, on s'entraide et c'est plutôt plaisant !

CPL | Je trouve très intéressant vos réflexions. Pourriez-vous dire aux enseignants qui vous écoutent comment ils peuvent aider encore davantage leurs élèves ? Axel, as-tu des idées ?

AX | Non, je n’ai pas d’idée !

CPL | Et toi, Arwen, as-tu des idées à donner aux enseignants pour aider leurs élèves à distance ?

AR | Je pense qu'ils pourraient faire davantage de classes virtuelles parce qu’il n’y en pas beaucoup.

CPL | Et toi Cassandre ?

CA | Je pense que ce qui serait utile ce serait de s’organiser davantage par rapport au planning des visioconférences parce que j'ai beaucoup de cours en vidéo et parfois les professeurs ne se concertent pas forcément sur les horaires. Donc on se retrouve avec des cours qui se superposent un peu, tout au long de la journée et c'est un peu compliqué. Garder le lien, et envoyer des documents à lire à la maison pourrait être plus intéressant pour approfondir certaines notions plus facilement qu’en cours habituels, puisqu’on a davantage de temps grâce au confinement.

CPL | Cassandre, tu nous disais tout à l'heure qu'il avait une solidarité nouvelle qui se mettait en place entre les élèves de ta classe, as-tu des camarades, qui, eux, sont en difficulté pour pouvoir faire classe à la maison ?

CA | Je ne dirai pas qu’il y a une solidarité nouvelle au sein de ma classe. Comme je le disais précédemment la classe était déjà très soudée. Concernant ceux qui ont des difficultés, comme je suis à la campagne, et mes camarades aussi, il y en a qui se connectent difficilement à internet. Mais sinon, pour ceux qui ont des difficultés avec les cours, on fait comme d'habitude, on s’entraide, on se donne les réponses si possible et les méthodes à utiliser pour y arriver.

CPL | Savez-vous comment se passent les cours pour les camarades de classe qui n'ont pas du tout de moyens techniques, qui n'ont pas d'ordinateur, qui n'ont pas de scanners ? Y-a-t-il a d'autres méthodes qui se sont mises en place ? Axel, as-tu des camarades qui sont dans cette situation et comment font-ils ?

AX | J’ai un camarade qui a des difficultés de travail. Il a des problèmes au cerveau. Comme la maîtresse va à l’école pour lire les messages qu’on lui envoie, il lui amène les fiches à l’école et elle les corrige sur place.

CPL | Et toi, Cassandre. As-tu des camarades de classe qui rencontrent des difficultés techniques et qui utilisent d'autres moyens que les moyens numériques ?

CA | Quand il y a des problèmes de connexion sur certains serveurs ou Classe virtuelle, on s'envoie par mail les devoirs à rendre et on les adresse au professeur dans un mail groupé. Au lycée, ils ont proposé pour ceux qui n’avaient ni de téléphone ni d'ordinateur portable d’en prêter le temps du confinement.

CPL | J'aimerais terminer l’émission sur cette question : quand vous allez retourner en classe, qu’aimeriez-vous voir changer suite à cette expérience, Arwen ?

AR | J'aimerais que les professeurs nous laissent avancer plus à notre rythme, qu’ils nous donnent des exercices supplémentaires si on a fini avant les autres. Parfois ça n’avance pas vraiment et les profs s’énervent.

CPL | Et toi, Cassandre, quels changements souhaiterais-tu à ton retour au lycée ?

CA | Comme l’a dit Arwen, que les professeurs respectent davantage notre rythme personnel par rapport aux travaux à rendre, sur la manière d'apprendre. Mais je pense que ce serait bien surtout dans mon cas, en tant qu’élève de terminale, qu’ils nous mettent moins la pression par rapport au bac, parce que dans tous les cas, on va le passer en fin d'année. Ils nous le rabâchent souvent, mais en même temps c'est normal, les professeurs veulent qu'on réussisse. Je pense qu’on a une grosse pression d’être toujours en activité, occupés à faire quelque chose et j'ai l'impression que le confinement permet de mieux accepter le fait de s'ennuyer, de rien faire et de l’envisager sous un aspect plus positif. De l’accepter parce que c'est aussi prendre du temps pour soi et donc être dans de meilleures conditions de travail.

CPL | Et toi, Axel, qu'aimerais-tu voir changer à l'école ?

AX | J'aimerais qu'on fasse plus d'histoire, de géographie. Certains élèves prennent beaucoup de temps pour les maths et le français, et après il n’en reste plus pour les autres matières. En ce moment, on a davantage de temps pour ces matières que d’habitude.

CPL | Merci à vous et merci à tous ceux qui nous écoutent. C’était « Être élève à l’heure de la continuité pédagogique », un épisode d'Extra classe.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les Énergies scolaires : le quotidien d'une enseignante DYS

Extra classe

Les Énergies scolaires : l'usage de la tablette en CP à 12

Extra classe

Les Énergies scolaires : s'ouvrir au monde par le théâtre

Extra classe

The podcast Extra classe has been added to your home screen.

Autour de cette table ronde, trois élèves partagent avec nous leur expérience de l'école à distance. Comment vivent-ils cette situation inédite ? Comment s’organisent-ils pour poursuivre leur apprentissage ? Comment gardent-ils le lien avec l’extérieur ? Et si cette période était, pour eux, l’occasion de nous aider à transformer l’école ? Axel, Arwen et Cassandre, respectivement élèves de CM2, de 4e et de terminale nous racontent leur quotidien avec humour et lucidité.

La transcription de cet épisode est disponible après les crédits. 

Retrouvez-nous sur : 

Extraclasse.reseau-canope.fr 

Apple Podcasts 

Spotify 

Deezer 

Google Podcasts 

Podcast Addict 

Extra classe, des podcasts produits par Réseau Canopé. 

Émission animée en avril 2020 par : Claude Pereira Leconte

Directrice de publication : Marie-Caroline Missir 

Coordination et production : Hervé Turri, Luc Taramini, Magali Devance 

Mixage : Laurent Gaillard

Secrétariat de rédaction : Valérie Sourdieux

Contactez-nous sur : contact@reseau-canope.fr 

© Réseau Canopé, 2020

Transcription :

CLAUDE PEREIRA LECONTE | Ils se prénomment Asia, Noé, Kylian, Olga, Célestine, Ziane, ou Mattéo, ils sont à l'école primaire, au collège ou au lycée. Leur établissement scolaire a fermé le mardi 16 mars pour favoriser la distanciation sociale et limiter la propagation du Covid-19. Comme 12 millions d’autres, ils sont au cœur du dispositif de continuité pédagogique mis en place par le ministère de l'Éducation nationale et de l'attention des professeurs. ENT, classes virtuelles, courriels ou réseaux sociaux, chacun se mobilise pour garder le lien et les accompagner dans leurs apprentissages. Entre des cours à distance, des examens qui se profilent, du travail personnel qui demande organisation et motivation, une vie familiale inédite où il faut vivre toute la journée avec ses parents, ses frères, ses sœurs, partager l'espace, les outils de travail et les amis avec lesquels on a envie de rester en contact. Cette situation exceptionnelle demande souplesse, créativité et une bonne dose d'humour. Comment vivent-ils cette situation inédite ? Comment s'organisent-ils pour poursuivre leurs apprentissages ? Et comment gardent-ils le lien avec l'extérieur ? Et si cette période était pour eux l'occasion de nous aider à transformer l'école ? « Être élève à l'heure de la continuité pédagogique », une émission de la série de podcasts Extra classe pour garder le lien pédagogique quand on ne peut pas être ensemble. Avec nous aujourd'hui, Axel, 10 ans, en CM2, Arwen, 14 ans en 4e et Cassandre, 17 ans, en terminale. Bonjour à vous et merci d'être avec nous.

ARWEN | Bonjour !

AXEL | Bonjour !

CASSANDRE | Bonjour !

CPL | Tout d’abord je suis très heureuse de pouvoir échanger avec vous. Je vous ai rencontrés il y a quelques temps et c’était déjà un vrai plaisir de pouvoir parler avec vous. Je pense que nos auditeurs seront aussi ravis de vous entendre. Voilà déjà plusieurs jours que vos écoles et vos établissements scolaires ont été fermés. C'est du jamais vu pour vous. Mais je vous rassure, c'est aussi du jamais vu pour nous. À cela s'ajoute le confinement à la maison. Arwen, comment vis-tu cette situation ?

AR | Je la vis bien, je peux rester en contact avec mes amis donc ça va.

CPL | Et toi, Axel ?

AX | Moi, aussi je la vis bien, je n'ai pas trop de contact avec mes amis, mais je vais très bien.

CPL | Et toi, Cassandre, comment ça se passe ?

CA | Dans l'ensemble ça va très bien, je trouve. Je m'adapte plutôt facilement à la situation et je trouve que je suis beaucoup moins stressée que lorsque je suis en cours.

CPL | C'est plutôt bien que vous le viviez ainsi et j'espère que c'est le cas pour la majorité de vos camarades. Bientôt trois semaines déjà que vous suivez vos cours à distance. Comment vos enseignants font-ils pour vous faire classe, Cassandre ?

CA | Nos enseignants utilisent plusieurs plateformes différentes. Par exemple, mon professeur de philosophie, utilise Discord pour rester en communication et faire cours à distance. Discord est une plateforme initialement prévue pour ceux qui jouent à des jeux vidéo et qui permet de discuter pendant le jeu. Beaucoup de professeurs utilise aussi Google Classroom, qui a été mise en place par Google. Pour l'instant, aucun professeur ne travaille sur la plateforme du CNED ni celle mise en place par l'Éducation nationale, mais ça se passe bien. On utilise beaucoup la plateforme de l'ENT pour communiquer, s'envoyer des messages. La prof d'anglais, elle, utilise Instagram pour nous donner les devoirs, nous rappeler les échéances, faire des story, etc.

CPL | Dans ton établissement, les professeurs sont très organisés et maîtrisent un certain nombre d'outils. Mais dans les autres classes, comment travaillent-ils ? Arwen, comment les professeurs s'organisent pour envoyer le travail à faire ?

AR | Nos professeurs passent par l'ENT. Ils mettent tous les devoirs à faire et parfois, ils prévoient des classes virtuelles.

CPL | Les classes virtuelles se passent aussi sur l'ENT ?

AR | Non, sur la plateforme du CNED.

CPL | Et toi, Axel, comment reçois-tu le travail de ton maître ou de ta maîtresse ?

AX | Moi je le reçois par messagerie. On fait le travail sur l'ordinateur ou sur une feuille qu'on doit scanner et lui envoyer.

CPL | As-tu eu l'occasion Axel d'avoir des contacts directs avec ton enseignante, des visioconférences ou t'a-t-elle appelé ou envoyé un message personnel ?

AX | Non pas personnel, mais pour les corrections, oui !

CPL | Justement à propos des moyens de correction, tu nous dis que tu renvoies ton travail par courriel. Cassandre, comment renvoies-tu ton travail ?

CA | On utilise l'ENT, quand il est accessible, et non surchargé, même si grâce à Drive ou Google Classroom, on peut aussi envoyer les travaux.

CPL | Et toi Arwen ?

AR | Par l'ENT aussi, on prend une photo et on l’envoie au professeur.

CPL | Par rapport au travail à faire, avez-vous un plan de travail ou vous organisez-vous tout seul pour faire votre travail à votre rythme, Arwen ?

AR | On n'a pas de planning particulier. Moi, je fais dans l'ordre que je veux.

CPL | Peux-tu nous expliquer comment tu t’organises ?

AR | On a des devoirs à faire chaque jour. J'en fais le matin, l'après-midi mais dans l'ordre que je veux et à mon rythme.

CPL | Et toi, Axel ? T'organises-tu aussi comme tu le souhaites ou tes parents t'aident-ils pour t'organiser ? Ou l'enseignant t'indique-t-il comment tu dois faire ton travail, dans quel ordre ?

AX | Non. Moi je fais comme je veux aussi.

CPL | Tes parents t'aident-ils à organiser ton travail ?

AX | Non pas vraiment.

CPL | Tu es autonome, c'est bien ! Et toi, Cassandre, comment t'organises-tu ? As-tu un plan de travail ? Tu dois aussi réviser le baccalauréat. Comment t'es-tu organisée pour faire ton travail, préparer tes révisions ?

CA | On n'a pas de planning de travail établi par les professeurs, comme Axel et Arwen. On s'organise un peu tout seul. Moi j'ai commencé à me faire un emploi du temps ce matin. Sinon pour les devoirs à rendre, j'essaie de les faire avant les échéances données. En général j'y arrive plutôt bien. Pour le bac je révise pour l'instant avec les annales du bac et j'essaye de me faire des fiches de révisions.

CPL | Tu nous disais tout à l'heure Cassandre, que tu ne pouvais pas toujours déposer des cours sur l'ENT à cause de l’encombrement. Rencontres-tu d'autres difficultés pour faire ton travail ?

CA | Là où j’habite, j'ai des problèmes de connexion. Certains jours je ne peux pas entendre les cours quand je suis en visioconférence, c'est assez compliqué, mais on s'adapte plutôt bien.

CPL | Et toi, Axel, as-tu des difficultés pour faire ton travail comme partager le matériel peut-être avec les autres membres de ta famille ?

AX | Pour la connexion, je n'ai pas de de problème. Mais pour les ordinateurs, c'est compliqué de les partager.

CPL | Avec qui dois-tu le partager l'ordinateur par exemple ?

AX | Ma grande sœur !

CPL | Et toi, Arwen rencontres-tu certaines difficultés ou pas ?

AR | Non, moi je ne rencontre pas de difficultés. J'ai mon ordinateur, tout se passe bien !

CPL | Au niveau des interactions avec les enseignants, le fait de ne pas avoir leurs retours vous pose-t-il certaines difficultés ? En classe, vous avez des problèmes, il vient vous aider ou vous motiver pour travailler. N’est-ce pas un peu compliqué, seule à la maison, Arwen ?

AR | Non, moi ça ne me pose pas de problème parce que je suis assez autonome. Sinon quand j'ai des problèmes par rapport à un exercice, je regarde sur internet pour m'aider.

CPL | Et toi, Cassandre, est-ce aussi simple de t'organiser sans cette interaction avec les enseignants ?

CA | Pour moi, ce n’est pas tellement l'organisation qui pêche mais plutôt les explications et l'encadrement du travail. Avoir un professeur en face de nous, nous apporte le contact physique et visuel. Quand on a des problématiques, qu'on n'a pas forcément bien compris une théorie on peut plus facilement demander. L'interaction en classe est aussi importante, on peut partager avec nos camarades et ça nous apporte un certain cadre au niveau du travail pour pouvoir plus facilement se motiver et garder le rythme.

CPL | Au-delà de certaines difficultés, y-a-t-il des points positifs à cette situation ? Axel, y a-t-il des aspects que tu trouves agréables dans cette situation de classe à la maison ?

AX | Oui, parce que la maîtresse, elle ne peut pas se fâcher ou nous punir. Avec l’ordinateur, on est à distance. Mais les explications de la maîtresse me manquent, elle explique bien la maîtresse.

CPL | La dernière fois, tu me parlais de pouvoir faire ton travail comme tu le souhaitais Arwen, tu m'avais dit apprécier beaucoup, toi aussi, cette autonomie !

AR | Oui, ça me permet de travailler à mon rythme, d'être plus libre dans mon travail.

CPL | Peux-tu nous expliquer comment cela te rend plus libre dans ton travail ?

AR | Justement, je suis mon rythme. Il n'y a pas vraiment de règles à respecter. Je travaille dans l’ordre que je veux et comme je veux.

CPL | Peux-tu nous donner un exemple ? Qu’aimes-tu faire ? Par rapport à ton travail de la journée, par quelle matière préfères-tu commencer ?

AR | Je préfère commencer par l'art plastique ou les langues.

CPL | Tu préfères les matières plus créatives finalement que les mathématiques ou le français ?

AR | Oui !

CPL | Cette situation ne change-t-elle pas vos rapports avec vos professeurs et aussi entre les autres élèves ? Cassandre, cette nouvelle façon de faire classe ne crée-t-elle pas de nouvelles formes d'interaction ?

CA | Non. Je trouve que ça nous rapproche de notre professeur principal notamment et pour revenir à mon prof de philosophie, comme on utilise un serveur Discord spécialement pour la classe on interagit davantage avec lui et c'est plus sympathique. Par rapport à notre classe, comme je suis dans une classe de terminale littéraire l’effectif est réduit et on a l'habitude d'avoir une bonne cohésion, une bonne énergie de groupe et avec cette situation elle s'est davantage renforcée. C'est vraiment agréable d’être en contact toute la journée, de rester en contact tout le temps. On s'organise, on s'entraide et c'est plutôt plaisant !

CPL | Je trouve très intéressant vos réflexions. Pourriez-vous dire aux enseignants qui vous écoutent comment ils peuvent aider encore davantage leurs élèves ? Axel, as-tu des idées ?

AX | Non, je n’ai pas d’idée !

CPL | Et toi, Arwen, as-tu des idées à donner aux enseignants pour aider leurs élèves à distance ?

AR | Je pense qu'ils pourraient faire davantage de classes virtuelles parce qu’il n’y en pas beaucoup.

CPL | Et toi Cassandre ?

CA | Je pense que ce qui serait utile ce serait de s’organiser davantage par rapport au planning des visioconférences parce que j'ai beaucoup de cours en vidéo et parfois les professeurs ne se concertent pas forcément sur les horaires. Donc on se retrouve avec des cours qui se superposent un peu, tout au long de la journée et c'est un peu compliqué. Garder le lien, et envoyer des documents à lire à la maison pourrait être plus intéressant pour approfondir certaines notions plus facilement qu’en cours habituels, puisqu’on a davantage de temps grâce au confinement.

CPL | Cassandre, tu nous disais tout à l'heure qu'il avait une solidarité nouvelle qui se mettait en place entre les élèves de ta classe, as-tu des camarades, qui, eux, sont en difficulté pour pouvoir faire classe à la maison ?

CA | Je ne dirai pas qu’il y a une solidarité nouvelle au sein de ma classe. Comme je le disais précédemment la classe était déjà très soudée. Concernant ceux qui ont des difficultés, comme je suis à la campagne, et mes camarades aussi, il y en a qui se connectent difficilement à internet. Mais sinon, pour ceux qui ont des difficultés avec les cours, on fait comme d'habitude, on s’entraide, on se donne les réponses si possible et les méthodes à utiliser pour y arriver.

CPL | Savez-vous comment se passent les cours pour les camarades de classe qui n'ont pas du tout de moyens techniques, qui n'ont pas d'ordinateur, qui n'ont pas de scanners ? Y-a-t-il a d'autres méthodes qui se sont mises en place ? Axel, as-tu des camarades qui sont dans cette situation et comment font-ils ?

AX | J’ai un camarade qui a des difficultés de travail. Il a des problèmes au cerveau. Comme la maîtresse va à l’école pour lire les messages qu’on lui envoie, il lui amène les fiches à l’école et elle les corrige sur place.

CPL | Et toi, Cassandre. As-tu des camarades de classe qui rencontrent des difficultés techniques et qui utilisent d'autres moyens que les moyens numériques ?

CA | Quand il y a des problèmes de connexion sur certains serveurs ou Classe virtuelle, on s'envoie par mail les devoirs à rendre et on les adresse au professeur dans un mail groupé. Au lycée, ils ont proposé pour ceux qui n’avaient ni de téléphone ni d'ordinateur portable d’en prêter le temps du confinement.

CPL | J'aimerais terminer l’émission sur cette question : quand vous allez retourner en classe, qu’aimeriez-vous voir changer suite à cette expérience, Arwen ?

AR | J'aimerais que les professeurs nous laissent avancer plus à notre rythme, qu’ils nous donnent des exercices supplémentaires si on a fini avant les autres. Parfois ça n’avance pas vraiment et les profs s’énervent.

CPL | Et toi, Cassandre, quels changements souhaiterais-tu à ton retour au lycée ?

CA | Comme l’a dit Arwen, que les professeurs respectent davantage notre rythme personnel par rapport aux travaux à rendre, sur la manière d'apprendre. Mais je pense que ce serait bien surtout dans mon cas, en tant qu’élève de terminale, qu’ils nous mettent moins la pression par rapport au bac, parce que dans tous les cas, on va le passer en fin d'année. Ils nous le rabâchent souvent, mais en même temps c'est normal, les professeurs veulent qu'on réussisse. Je pense qu’on a une grosse pression d’être toujours en activité, occupés à faire quelque chose et j'ai l'impression que le confinement permet de mieux accepter le fait de s'ennuyer, de rien faire et de l’envisager sous un aspect plus positif. De l’accepter parce que c'est aussi prendre du temps pour soi et donc être dans de meilleures conditions de travail.

CPL | Et toi, Axel, qu'aimerais-tu voir changer à l'école ?

AX | J'aimerais qu'on fasse plus d'histoire, de géographie. Certains élèves prennent beaucoup de temps pour les maths et le français, et après il n’en reste plus pour les autres matières. En ce moment, on a davantage de temps pour ces matières que d’habitude.

CPL | Merci à vous et merci à tous ceux qui nous écoutent. C’était « Être élève à l’heure de la continuité pédagogique », un épisode d'Extra classe.

Subscribe Install Share
Extra classe

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install